Retour : Méditation et Connaissance
 

GĀYATRĪ-MANTRA,
 

 

 

Dans la nature,

chaque rayon du Soleil chante

 

le Gāyatrī-mantra*,

la « Forme sonore de sa Lumière ».

 

Dans la lumière du Gāyatrī-mantra :

 

                                                            

La traduction du Gāyatrī-mantra,

que l'on peut effectuer en français,

dépend de l'expérience que l'on a de la Conscience,

des quatre états de conscience, veille, rêve, sommeil profond et conscience témoin,

des quatre corps, physique, subtil, causal, supra-causal.


 


*Remarque : la translittération et la prononciation de ce Gāyatrī-mantra sont en sanskrit  international.
Lors des ateliers et des retraites, le Gāyatrī-mantra est transmis en sanskrit ancien, ce qui est très précieux.

 

Prononciation :

Ā avec un accent se prononce A long          A devant se prononce A long

AU se prononce O                                        Ī avec un accent se prononce I long

E se prononce É                                            U se prononce OU

Ū avec un accent se prononce OU long       CH se prononce TCH


La Science du Gāyatrī-mantra de Bābāji

« Swāmiji parlait du séjour de Jésus en Inde, de ses voyages dans l’Himalaya, dans des monastères bouddhistes, et de sa rencontre officielle à Jagannath avec des Grands Sages. Il mettait aussi en évidence, dans la Pure Conscience sans choix, la relation qui existe entre Jésus et Bābāji, le Sans-nom, le célèbre yogi de l’Himalaya, appelé le « Créateur de lignées », qui reste incarné depuis des milliers d’années par Compassion pour l’humanité. La Lumière infinie de la Compassion met fin au sens illusoire de la séparation qui divise les êtres, engendrée par la saisie de la connaissance ; Elle met en évidence les causes profondes et subtiles des bouleversements climatiques qui s’amorcent et les autres grandes épreuves que va connaître l’humanité.

Dans l’intimité d’un moment privilégié, Swāmiji partagea, par la profondeur de ses paroles, sa rencontre et les circonstances dans lesquelles Bābāji vint à lui, alors qu'il méditait sous un arbre au bord du Gange, lors d’une Kumbhamelā*.

Swāmiji a transmis à Jean-Philippe Galdi, Prashānta, la Science du Gāyatrī-mantra de Bābāji pour la réalisation de sa Véritable Nature, de l’Essentiel, ainsi que pour le bonheur de tous les êtres et, dans la rencontre de l’Orient et de l’Occident, au-delà des croyances, des dogmes, des systèmes et des techniques, la redécouverte du Dharma, de l''omniprésence du divin, de la Pure Conscience silencieuse sans choix : l'Unité de la création, la Perfection des lois subtiles de la nature, le modèle pour l’action, Karma.

Swāmiji a toujours été très proche de Yoganandaji. Yoganandaji entra en mahā-samādhi, quitta consciemment son corps le 7 mars 1952, le jour de l’anniversaire des trois ans de Jean-Philippe Galdi, Prashānta. Cette date du 7 mars est ainsi pour Jean-Philippe un rappel aux trois naissances : celle du corps-physique, celle de la rencontre d’une Grande Âme, libérée de l’illusion du « moi » et celle du Véritable Anniversaire de la naissance à sa Véritable Nature, le But d’une incarnation. »

*Kumbhamelā : littér. la fête, Mela, de la cruche, Kumbha, est une rencontre exceptionnelle (plus de 100 millions de personnes en 2013 à Allāhābād), qui se produit quatre fois tous les douze ans, dans les lieux saints.

 

       Lors des « Méditations »  et des Entretiens-rencontres,

l’approche de la Non-dualité, Advaïta, est développée,

 son sens interne approfondi.

 

 Dans chacune des Syllabes du Chant de Shrī Gāyatrī

réside un Message

qui remonte aux origines de l’univers.


 

La Gāyatrī est la Protectrice des cinq souffles vitaux,

Gardienne des cinq éléments.

Elle purifie la Terre, l’Espace et le Ciel.

Elle est une invitation à l’éveil

et à la compassion pour tous les êtres.

 

« LA GĀYATRĪ EST LE PLUS ANCIEN DES MANTRA-S. Aux Origines, il véhiculait toute la Connaissance qui mène au But de l'existence : la réalisation de sa Véritable Nature.
Il était le Moyen de répandre des Bénédictions pour le bonheur de tous les êtres et de découvrir toutes les formes de vie, les êtres humains, les animaux, les plantes et les Deva-s, les Divinités qui président aux lois de la nature, sur tous les plans de la création, de communiquer et de vivre en harmonie avec elles. »...
Il est la "Forme sonore de la Lumière du soleil" qui, dans l'unité de notre intériorité et de la création, dans son sens interne, met en évidence, au-delà des dogmes et des systèmes, l'Omniprésence de la Pure Conscience, une véritable « Science de l'être ».

 

Chaque Syllabe du Gāyatrī-mantra nous met en relation avec les Puissances d’éveil

de la Nature, quelle que soit  la situation, quel que soit l'endroit  nous nous trouvons.

 

                                        Dans la Pure Conscience silencieuse, la Compassion infinie pour tous les êtres, pour toutes les formes de vie, se révèle les Trois                                         Points de Vue du GĀYATRĪ-MANTRA, qui rejoignent l’Unité, des « Trois clartés » :

1-  Celui de l’intériorité, du fonctionnement du mental et des voiles des émotions perturbatrices, de l'état d'ouverture, de clarté, de vigilance et de discernement… l’éveil au « Je Suis », la Pure Conscience silencieuse sans choix.

2-  Celui de l'extérieur, des « cinq éléments », du monde des relations, de la communication entre les êtres… des « Mondes Sensibles » de la nature, des animaux, des plantes… La nature se révèle être le « livre ouvert » qui n'a pas été écrit par la main de l'homme...»

3-  Celui de l’Immense, du ciel, du soleil, de la lune et des étoiles, des lois subtiles de l'univers, du silence, de la vacuité silencieuse, infinie... de la  Conscience témoin…

    

 

Une approche pratique, simple, du Gāyatrī-mantra dans la vie quotidienne

Chaque Syllabe du Gāyatrī-mantra est un moyen de s'établir dans la vigilance, le discernement, la paix et le silence intérieur... dans la conscience sans choix et  l’amour de son prochain. Ainsi, en communion avec la nature, comme dans la vie quotidienne, se révèle spontanément le Dharma, l’unité des « Trois points de vue » dans la Conscience silencieuse.

Le Gāyatrī-mantra met en évidence des « Méditations » simples, à la portée de chacun, qui permettent dans la vie quotidienne, comme dans la nature, de s’établir dans la complète attention, la paix de l’esprit, le silence intérieur.

Les « Sept Attentions », un art très ancien de la vigilance et du discernement, transmises par Swāmiji permettent de vous établir dans la complète attention éclairée par le silence de la Pure Conscience, la paix de l'esprit.

C’est dans la plénitude de l'instant par la simple reconnaissance de la relation existante avec un ou plusieurs des Rayons du Gāyatrī-mantra, dans l'art des « Sept Attentions », que s’effectue, spontanément, la libération d'une émotion perturbatrice dans l'action, dans la vie quotidienne.

 

 Copyright © 2016 - MEDITATION ET CONNAISSANCE. Tous droits réservés.